Combien miser au Poker en No Limit Hold'em ?

/

Au Poker, il faut miser pour gagner des jetons. Logique. C’est un aspect essentiel du jeu, pourtant souvent incompris par beaucoup de joueurs débutants.

Par exemple : Vous détenez une Top Pair contre votre adversaire. Miser 100 dans un pot qui fait 1500 n’a aucun sens. Vous n’avez aucune chance de bluffer (à part un très mauvais joueur) et si vous comptez lui faire dépenser encore plus de jetons pour valoriser votre paire, pourquoi ne pas miser au moins 500 ?

Être capable d’ajuster sa mise en fonction du Pot, de la situation, de l’adversaire et de votre main a plusieurs objectifs :

  1. Maximiser vos gains ;
  2. Minimiser vos pertes ;
  3. Pousser votre adversaire à commettre des erreurs mathématiques (par exemple s’il vous paye avec de mauvaises cotes).

Dans cet article, vous découvrirez les clés pour miser les bons montants au Poker.

Recommandation : Il vous arrive de miser « pour info », sans être vraiment sûr de ce que vous faites ? Alors je vous conseille de lire l’article sur les raisons de miser au Poker ou encore les fiches pour débutants au Poker avant de revenir à celui-ci.

Choisir un “Sizing” = décider du montant à miser

A retenir : La taille de votre mise doit toujours être choisie en fonction de la taille du Pot. Taille d’une mise = Sizing en anglais.

Pour rappel, le Pot est l’ensemble des jetons déjà investis dans un coup de Poker par tous les joueurs. Ce sont les jetons qui n’appartiennent plus à personne, les jetons “au milieu de la table”.

Avant de décider de miser ou de relancer, gardez dans un coin de votre tête combien de jetons sont déjà dans le pot. Ce montant va déterminer les cotes qui s’offrent à votre adversaire en cas de mise de votre part. Dans le cas où votre adversaire décide de vous payer, il devra le faire avec une cote favorable ou défavorable (selon le montant que VOUS choisirez de miser).

A chaque fois que votre adversaire paye votre mise avec de mauvaises cotes, vous faites mathématiquement un profit (sur le long terme). Notre but au Poker est de faire commettre des erreurs aux autres, et en faire moins nous-même.

Chaque fois que votre adversaire vous Call “sans avoir la cote”, votre sizing est bon.

Schéma : l’échelle de sizings au Poker en fonction du Pot

Schéma des mises au poker (1/4 pot, 1/2 pot, 3/4 pot, Full Pot)
Ce schéma des sizings est une indication des mises fréquemment utilisées au Texas Hold'em.

Pourquoi miser autant ?

En misant trop peu, soit vous ne valorisez pas assez votre main forte, soit vous donnez l’opportunité à votre adversaire de vous relancer (raise) trop facilement. Et si votre main est faible, vous aurez du mal à payer cette relance.

Vous l’avez compris, au Poker il est rare de miser moins d’un quart du Pot.

En général, plus le Board est “dangereux”, contenant des tirages couleur ou tirage quinte (parfois les deux), plus les mises seront élevées pour faire varier les cotes offertes aux adversaires.

Dans quelle situation est-il profitable de miser « petit » au Poker ?

Il arrive que l’on mise parfois 1/3 du Pot ou moins.

Par exemple, quand aucun tirage ne peut être complété par une carte à venir. Quand vous misez petit, c’est presque toujours pour Value votre main, c’est à dire la rentabiliser.

Une erreur fréquente à éviter concernant le Sizing (+ exemple concret)

Beaucoup de joueurs débutants misent ou relancent le minimum possible quand c’est à leur tour de parler.

Avant le Flop, vous remarquerez que beaucoup plus de joueurs paieront votre relance si celle-ci ne leur demande pas d’effort particulier. Et plus il y a d’adversaires dans un coup, plus nos chances de gagner avec une très bonne main de départ se réduisent.

En règle générale : il vaut mieux se coucher plutôt que de miser ou relancer le minimum.

Relancer seulement le double d’une mise adverse lui offre de belle cote pour aller toucher son tirage. Même si au moment de votre relance vous avez encore la meilleure main, la carte suivante sur le board pourrait tout changer.

Par exemple :

Vous jouez une partie avec des blindes à 1€/2€. Tout le monde a 200€ (donc 100Big Blind, 100BB) de stack. Vous détenez

A

K

dans votre main au Cut-Off, votre adversaire détient

10

9

en position UTG. Ce dernier décide de Limp (2€, il paye la BB), et vous relancez à 4€, soit 2BB. Les deux joueurs dans les blinds se couchent. Votre adversaire UTG paye votre petite relance, le pot est maintenant de 11€ (3€ des blinds + 4€ + 4€).
Le flop vient :

K

5

6

. Vous avez donc Top Pair Top Kicker, ce qui est bien sur ce Flop. Votre adversaire décide de vous bluffer, il mise 6€, soit un peu plus que 1/2 Pot. Vous souhaitez le garder dans le coup, vous payez sa mise. le pot est maintenant de 11+12 = 23€.

La Turn :

J

, ce qui ouvre un tirage quinte ventrale à votre adversaire en plus d’un tirage couleur. Il continue son agression et mise 15€ (2/3 Pot). A ce stade, il est en “semi-bluff” puisqu’il a un tirage quinte ventrale + couleur. Vous savez qu’il ne peut pas encore avoir de suite ou de couleur, même si votre main pourrait être battue. Vous décidez de relancer le minimum, 30€. C’est une erreur, l’adversaire a seulement 15€ à rajouter dans un pot qui en fait maintenant 68€ => 23€ +15€ (sa mise) + 30€ (votre relance). Il paye sans hésiter.

La river est

Q

Votre adversaire a touché sa quinte, mais beaucoup d’autres cartes auraient pu également lui faire toucher une couleur qui vous bat ! Il décide de miser 35€ (un peu moins que la moitié du Pot) en pensant vous faire payer votre paire. Vous hésitez, puis décidez de vous coucher en réalisant qu’il a pu réaliser cette combinaison. Il ramasse tout le Pot.

L’erreur est double : 

  1. Préflop, il faudrait relancer plus cher (sans rentrer dans les détails, avec un monstre pareil vous pouvez relancer x3 ou x4 son limp.)
  2. A la Turn : Si votre adversaire veut vraiment aller voir la River qui lui donnerait les nuts (le meilleur jeu), il doit en payer le prix. Une relance x3 ou x4 peut être optimale. S’il n’a pas envie, il se couche et vous remportez le pot directement.

Attention : Ce coup peut être joué de plein de façons différentes, surtout selon le profil de votre adversaire. Dans ce cas présent, si vous saviez que c’est le genre d’adversaire capable de jouer ses tirages agressivement même hors de position, il aurait été plus judicieux de le relancer cher à la Turn. Ce n’est pas toujours le cas, ce n’est qu’un exemple.

Quel sizing utiliser Préflop pour Miser/Relancer

En règle générale : 3BB + 1BB par limper.

Il est souvent recommandé de tripler la Big Blind si vous relancez votre main Préflop. En fonction du nombre de joueurs qui ont limpé (juste payé) avant vous, ajoutez 1BB par limper.

Si vous jouez en 1€/2€, que 2 joueurs limpent (misent 2€) avant votre tour, une relance à 10€ ou 12€ peut suffire à isoler un joueur, ou remporter le pot immédiatement.

Pour vous aider à vous en souvenir, vous pouvez vous référer à ce tableau :

Nombre de LimpersVotre relance PreflopExemple (1€/2€)
03BB6€
14BB8€
25BB10€
36BB12€
47BB14€
58BB16€

En conclusion sur le montant des mises au Poker

Si je devais résumer les infos essentielles à retenir :

  • Calibrer sa mise en fonction de la taille du Pot avant votre mise ;
  • Après le Flop, privilégier des mises entre 1/2 Pot et 3/4 Pot (pour un Cbet au Flop par exemple) ;
  • Avant le Flop, relancer de 3 ou 4BB + 1BB par limper.

Prendre en compte la taille du pot avant de miser ou relancer va vous permettre d’équilibrer vos mises selon l’objectif de votre Bet.

Jouer passivement vos bonnes mains en misant de manière timide vous fait perdre de l’argent, et donne une image de joueur exploitable, en plus de souvent donner de trop bonnes opportunités à vos adversaires de réaliser leurs tirages.